Archives de Tag: Fouilles

Les médias et le monde archéologique grec

Le site de Delphes fait parti d’un plus grand ensemble qui regroupe toutes les sites et fouilles effectuées en Grèce. Par nos médias, nous sommes tous au courant de la grande crise que traverse la Grèce en ce moment. Les conséquences négatives pour le monde archéologique sont indéniables. En effet, cet article alarmant, écrit le 2 mars 2012, montre que suite aux coupes budgétaires, les archéologues grecs lors d’un débat ont suggérés de ré-enfouir les vestiges. Puisque sans budget, ils ne peuvent faire surveiller les vestiges déterrés qui peuvent être alors pillés.

Celui ci, mis en ligne le 20 novembre 2011, explique que le ministre de la Culture grecque, Pavlos Geroulanos, veut poursuivre le plan de rénovation des musées, malgré la crise. Cependant, un autre article du même site, émis le 17 février 2012, explique que ce ministre a démissionné suite à un important vol dans le musée d’Olympie. De même, on apprend que de nombreuses grèves ont été faites puisqu’il manque trop d’effectifs pour assurer la sécurité que cela soit dans les musées ou sur les sites.

P. Geroulanos. Photo prise sur ce site, crédits : © 2009-2011, News.Az, consultée le 05/03/2012

Pour finir, ce dernier article est un plus optimiste, écrit le 13 février 2012 : celui-ci fait la promotion de nouvelles installations misent en place pour attirer les touristes en Grèce.

B.R.

Poster un commentaire

Classé dans Actualité

Les fouilles à Delphes

La reconstitution du site de Delphes, et en particulier du temple d’Apollon, a été rendue possible par les fouilles mais également par la description de Delphes de Pausanias comme nous l’indique ce site. Pausanias est un géographe et voyageur de l’Antiquité, il a laissé une description de Delphes au IIe siècle d’une grande importance pour la recherche scientifique.

Les fouilles effectuées à la fin du 19è s

Pour se renseigner sur les fouilles à Delphes, on peut consulter la page du dictionnaire Larousse, qui est d’ailleurs très intéressante sur Delphes en général. On y apprend qu’à partir du XVe siècle des voyageurs signalent l’existence du site. L’exploration ne commence qu’en 1838 sous l’égide d’un architecte français Laurent, reprise deux années plus tard par deux savants allemands : O. Müller et E. Curtius. Mais c’est surtout l’Ecole Française d’Athènes qui entreprit la Grande Fouille du site de 1892 à 1903 (précédemment, P. Foucart et Wescher, 1860-1861 ; Haussoullier, sous la direction de Théophile Homolle). Puis les fouilles reprennent après la première guerre mondiale, R. Demangel reprend le dossier en 1920 notamment sur le sanctuaire d’Athéna. P. de La Coste-Messelière, poursuivit les fouilles du sanctuaire d’Apollon en parallèle. En 1935 le site redevient très actif avec la participation de L. Lerat, au nord-est du temple d’Apollon, et J. Bousquet et P. Amandry (de 1937 à 1939) poursuivent leurs recherches dans la région du temple.

On apprend sur le site de L’école française d’Athènes (qui est « un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel placé sous l’autorité du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle a pour mission fondamentale de développer la recherche et la formation à la recherche dans toutes les disciplines se rapportant à la Grèce antique, byzantine et contemporaine. A ce titre, elle est un centre de recherche en sciences humaines et sociales sur le monde hellénique et balkanique. ») qui a dirigé la Grande Fouille, qu’elle dispose de sept missions archéologiques permanentes dont Delphes. Il n’y a toutefois plus de fouilles sur le site actuellement même s’il demeure actif.

Ce site précise le déroulement des fouilles en donnant quelques anecdotes sur le sujet. « La première difficulté que l’EfA [= École française d’Athènes] doit surmonter à la fin du XIXe siècle est d’obtenir de l’Etat grec l’autorisation de creuser sur le site. Elle n’intervient qu’au terme d’une dispute scientifico-diplomatique qui oppose Français et Allemands – avec une brève participation des Américains. Débute alors une entreprise homérique puisque Delphes est enfoui sous 4 à 6 mètres de sédiments sur lesquels a été bâti le village de Kastri. […] L’EfA opte pour l’attaque frontale et fait évacuer les quelque mille habitations de Kastri, qui seront reconstruites en contrebas du site. » Mathieu Durand ajoute que plus de deux kilomètres de voie ferrée ont été construits pour pouvoir évacuer les déblais !

Enfin, pour avoir des informations sur les récentes fouilles de Delphes il faut consulter ce site qui recense les dernières découvertes archéologiques en Grèce, et notamment les notices de Dominique Mulliez et de Platon Petridis, datant toutes les deux de 2005.

A.V.

Poster un commentaire

Classé dans Fouilles